Article 30: Parental Leaves

FR

Preamble
This article shall not grant the employee any advantage, monetary or other, that he/she would not have been entitled to had he/she remained at work, and shall not extend the duration of the employment period of a temporary employee, nor grant any additional benefit after said employment period.

SECTION I: MATERNITY LEAVE

30.01 a) A pregnant employee is entitled to a maternity leave of eighteen (18) weeks duration which, subject to clause 30.04, must be consecutive. The pregnant employee who has received QPIP benefits is also entitled to a maternity leave of two (2) weeks that must be taken at the end of the period of QPIP benefits.

b) In the case of a termination of pregnancy occurring in or after the 20th week preceding the expected date of delivery the employee is also entitled to this maternity leave.

c) The employee who becomes pregnant during an authorized leave or during an authorized part-time leave provided in the present article is also entitled to a maternity leave and to the allowance provided in section VI of this article, as applicable.

d) The employee whose spouse dies shall be granted the balance of this maternity leave and of the additional maternity leave. The employee is entitled to all the rights and privileges relating to these leaves.

30.02 The distribution of the maternity leave, before and after the delivery is at the discretion of the employee. However, this leave shall not begin before the sixteenth (16th) week preceding the expected date of delivery and shall not end later than the eighteenth (18th) weeks after the week of the delivery.

30.03 If the birth occurs after the expected date of delivery, the employee is entitled to an extension of her maternity leave equivalent to the length of time the birth is overdue, unless she has at least two (2) weeks of maternity leave after the birth.

30.04 A maternity leave can be split, interrupted or extended in accordance with the conditions provided in section V of the present article.

30.05 The maternity leave may be of a duration of less than eighteen (18) weeks. If the employee returns to work within two (2) weeks following delivery, she must, at the University’s request, provide a medical certificate attesting to the fact that she is fit to work.

SECTION II: SPECIAL LEAVES

30.06 a) Preventive withdrawals An employee may request a provisional assignment to another position with the same job grade or with a different job grade, in the following cases:

i) she is pregnant and her working conditions may be physically dangerous to her unborn child, or to herself;

ii) her working conditions involve risks for the child she is breast-feeding.
The employee must provide a medical certificate to this effect as soon as possible. The employee retains the rights and privileges attached to the position she occupied when the provisional assignment was requested.

If the provisional assignment is not carried out immediately, the employee is entitled to a preventive withdrawal beginning immediately, unless she is later provisionally assigned, at which time the preventive withdrawal ends. If the employee is eligible to QPIP benefits, the preventive withdrawal ends at the beginning of the fourth (4 th) week preceding the expected date of delivery, or else it ends on the date of delivery or, for the employee who breastfeeds, it ends at the end of the breastfeeding period.

During the preventive withdrawal, the employee’s indemnity is determined in accordance with the provisions of the Act Respecting Occupational Health and Safety on preventative withdrawal for the pregnant or breastfeeding employee.

However, upon a written request to this effect, the University shall advance a sum equivalent to this anticipated indemnity to the employee. If the CNESST pays the anticipated indemnity, the reimbursement of this advance is made directly from the CNESST payment of said indemnity.

However, if the CNESST declines the employee’s claim to this indemnity, the employee shall benefit from the leave provided for in subsection b) of the present clause. In this case, the University pays to the employee the difference between the advance already made and the amount to which the employee is entitled to under Article 36 of the Collective Agreement.

In the event that the employee is not entitled to the sick leave benefits and that she contests the decision of the CNESST, the reimbursement of the advance is not required until the decision is rendered by the TAT.

If the employee contests the decision of the CNESST and that the TAT renders a decision in favor of the employee, the employee must reimburse the amounts received under the sick leave provisions.

As soon as the University receives a request for preventive withdrawal, it immediately informs the Union of the name of the employee and the reasons for the request.

Should an employee other than the employee requesting to be provisionally assigned agree, his/her position may be exchanged for that of the pregnant employee for the duration of the provisional assignment, subject to University’s approval. This provision shall only apply when both employees meet the normal requirements of the positions.

The employee with such provisional assignment to another position and the employee who agrees to take this provisionally assigned employee’s position shall maintain all rights and privileges pertaining to the positions they respectively held at the moment of the exchange.

b) Other special leaves
An employee is entitled to a special leave in the following circumstances:

i) When there is a risk of miscarriage or danger to the health of the employee or her unborn child, caused by the pregnancy and requiring a work stoppage, the employee is entitled to a special maternity leave upon presentation of a medical certificate prescribing the duration of this leave, and attesting the existing risk and the expected date of delivery; this leave is then considered as the maternity leave provided in clause 30.01, starting on the beginning of the fourth (4th) week preceding the expected date of delivery;

ii) Upon presentation of a medical certificate prescribing the duration of the leave, when an interruption of pregnancy occurs before the beginning of the twentieth (20th) week preceding the expected date of delivery;

iii) For visits with a health care professional related to the pregnancy or to the adoption of a child, up to a maximum of four (4) working days, which can be taken in half-days, without loss of salary.

During the special leaves granted under this section, the employee receives the benefits provided in clause 30.21 insofar as she is normally entitled to them, as well as the benefits provided for in clause 30.24. The employee covered by subsection 30.06 b) may also avail herself of the sick leave provisions or the salary insurance plan in the case of extended disability.

SECTION III: BIRTH, ADOPTION OR PATERNITY LEAVES

30.07 a) The employee whose spouse gives birth is entitled to a leave without loss of pay of a maximum duration of five (5) working days that must be taken between the beginning of the delivery and the fifteenth (15th) day following the arrival of the child or the mother at their residence. The employee who adopts a child is entitled to a leave without loss of pay of a maximum duration of five (5) working days that must be taken between the child’s arrival to his father or mother’s residence and the fifteenth (15th) day following such arrival. The employee who adopts the child of his/her spouse is also entitled to this leave.

b) One (1) of the five (5) days may be deferred after the delays provided in previous subsection a), for the purpose of religious celebrations related to the birth or for the civil registration of the child.

c) When the pregnancy of an employee’s spouse is interrupted during or after the twentieth (20th) week of pregnancy, the employee is also entitled to a leave of a maximum duration of five (5) working days, of which two (2) days are without loss of salary. This leave must be taken within fifteen (15) days of the interruption of pregnancy.

d) The above-mentioned leave can be split into days, upon the employee’s request.

e) The employee may defer one (1) week of vacation if the birth or the interruption of pregnancy occurs during his planned annual vacation. The employee must so inform the University in writing.

30.08 The employee who travels outside Quebec to adopt a child is entitled, upon written request to the University, if possible two (2) weeks in advance, to a leave with pay for the time necessary for such travel.

30.09 Paternity leave The employee whose spouse gives birth is entitled to a leave with pay for a maximum period of five (5) consecutive weeks on the birth of his child. This paternity leave must be taken at the earliest the week of the child’s birth and must end at the latest no later than fifty-two (52) weeks after the week of the birth.

SECTION IV: PARENTAL LEAVE

30.10 a) The employee who is the father or mother of a newborn and the employee who adopts a child are entitled to a parental leave of a maximum duration of one hundred and four (104) consecutive weeks, full-time or part-time.

b) This leave must end no later than one hundred and four (104) weeks after the end of the maternity or paternity leave, or one hundred and four (104) weeks following the arrival of the child at the residence of the employee in the case of an adoption procedure.

c) An employee whose projected duration of parental leave is less than two (2) years can, only once, ask the University to extend his/her parental leave up to the maximum provided in subsection a) by submitting a written request to this effect at least thirty (30) days before his original projected date of return to work.

d) During this leave, the employee can, if he/she submits a request to the University at least thirty (30) days in advance, modify his full-time parental leave into a part-time parental leave, or vice-versa. The employee can avail himself/herself of this provision only once.

e) In the case of a part-time parental leave, the request must specify the work schedule desired by the employee.

In case of disagreement with the University concerning this schedule, the employee is entitled to a maximum of two and a half (2 1/2) days per week or its equivalent. Failing agreement on the distribution of these days, the University determines the schedule.

The employee and the University can agree at any time to reorganize the part-time leave.

f) The employee who wishes to end the parental leave before its expected date of termination must submit a written notice to this effect at least twenty-one (21) days before returning to work.

SECTION V: SPLITTING, INTERRUPTION OR EXTENSION OF THE MATERNITY LEAVE, PATERNITY LEAVE OR PARENTAL LEAVE

30.11 A maternity, paternity or parental leave can be split in weeks or interrupted, upon the employee’s request, in the following circumstances:

a) If the employee’s child is hospitalized, the employee can, upon agreement with the University, return to work for the duration of the hospitalization;

b) If the employee is sick or unable to work because of an injury or organ or tissue donation for the purpose of transplantation, for a maximum duration of twenty-six (26) weeks;

c) If the employee must be present with his child, spouse, spouse’s child, father, mother, spouse of the father or mother, brother, sister, or one of his grandparents because of a serious illness or a serious accident.

d) The period mentioned in c) above can be extended as follows:

i. up to one hundred and four (104) weeks when the presence of the employee is required with his/her child who suffers from a life-threatening illness ;

ii. one hundred and four (104) weeks when the presence of the employee is required with his/her minor child who has suffered a severe physical injury resulting directly or indirectly from a crime and making him/her unfit to pursue his/her regular activities;

e) For a maximum period of fifty-two (52) weeks, if a minor child of the employee is missing. If the child is found within twelve (12) months of his/her disappearance, this period ends on the eleventh (11th) day following the child being found;

f) For a maximum duration of fifty-two (52) weeks if the spouse or the child of the employee dies as a result of suicide;

g) For a maximum period of one-hundred and four (104) weeks if the death of the spouse or the child of the employee results directly or indirectly from a criminal act.

The employee resumes the maternity, paternity or parental leave when the event that has caused the splitting or the interruption of the leave ends. When the leave resumes, the University restarts to pay to the employee the supplementary allowance he/she would have been entitled to, had he/she not availed himself/herself of said splitting or interruption.

30.12 The employee who, before the end of his/her maternity, paternity or parental leave, submits a written notice to the University with a medical certificate attesting that the health of his/her child or, in the case of a maternity leave, of her own health requires it, is entitled to an extension of the leave for the duration indicated on the medical certificate.

30.13 The provisions of this section shall not have the effect of extending the duration of the parental leave beyond one hundred and four (104) weeks.

SECTION VI: SUPPLEMENTARY ALLOWANCE

30.14 The allowances provided in this section are only paid as a supplement to the Quebec Parental Insurance Plan (QPIP) or Employment Insurance, as the case may be, or as payment during the additional maternity leave provided for in subsection 30.01 a) or in the situation described in clause 30.17.

30.15 Employees eligible to QPIP benefits

a) The employee who, following a request for QPIP benefits, receives such benefits, is entitled to :

i) During her maternity leave:
A supplementary allowance equal to the difference between ninety-three (93%) of her regular weekly salary and the benefits received from QPIP, for a maximum period of eighteen (18) weeks;

The employee eligible to QPIP maternity benefits is also entitled to an additional period of two (2) weeks of maternity leave that shall be taken at the end of the QPIP benefits period. During this two (2) weeks period, the employee shall receive an allowance equivalent to 93% of her regular weekly salary. The employees who have been granted this additional leave are entitled to those two (2) weeks of leave in addition to the leave provided in section IV. Those two (2) weeks are not taken into account for the purpose of calculating the parental leave, which has a maximum duration of two (2) years.

ii) During the paternity leave :

A supplementary allowance equal to the difference between ninety-three (93%) of the employee’s regular weekly salary and the benefits received from QPIP, for a maximum period of five (5) weeks;

iii) During the parental leave :

A supplementary allowance equal to the difference between ninety-three percent (93%) of his/her regular weekly salary and the benefits received from QPIP, for a maximum period of thirty-two (32) weeks or, in the case of an adoption, for a maximum period of thirty-seven (37) weeks;

b) The total of the amounts received by the employee during his/her maternity, paternity or parental leave in QPIP benefits and wages cannot exceed ninety-three percent (93%) of his/her regular weekly salary paid by the University.

When an employee wishes that the calculation of the supplementary allowance only take into account the QPIP benefits resulting from his/her income from his/her employment at the University, the employee must ask Travail, Emploi et Solidarité Sociale Québec to provide him/her with a document attesting the benefits paid, detailing each of his/her employments, and submit this document to the University at the same time he/she submits his/her supplementary allowance request.

c) When the QPIP benefits are interrupted for any reason mentioned in section V, the payment of the supplementary allowance ceases and resumes when the QPIP benefits are paid again.

30.16 Employee not eligible to QPIP benefits, but eligible to Employment Insurance

The employee who, because he/she resides outside of Quebec, is not eligible for QPIP benefits but receives Employment Insurance maternity or parental leave benefits, receives a supplementary allowance as follows:

i) During a maternity leave : For each week of the waiting period: an allowance equal to ninety three percent (93%) of her regular weekly salary.
For the fifteen (15) following weeks: an allowance equal to the difference between ninety three percent (93%) of her regular weekly salary and the benefits received.

ii) During a parental or adoption leave : An allowance equal to the difference between ninety three percent (93%) of his/her regular weekly salary and the benefits received for a maximum of thirty-five (35) weeks.

iii) The University does not reimburse the employee for any reduction of employment insurance benefits or any such benefits that he/she is required to reimburse.

30.17 Maternity or parental leave – Employee not eligible for QPIP benefits nor Employment Insurance The employee who is not eligible to receive QPIP benefits nor Employment Insurance benefits, and who has accumulated twenty (20) weeks of service is entitled to, for ten (10) weeks, an allowance equivalent to ninety-three per cent (93%) of his/her regular weekly salary.

30.18 Miscellaneous

a) No allowance shall be paid during a paid vacation period.

b) The first payment of the allowance occurs, as much as possible, at the first payroll period that follows reception by the University of the decision notice and calculation statement from Travail, Emploi et Solidarité Sociale Québec or Employment and Social Development Canada. The subsequent payments are made each payroll period.

c) The regular weekly salary of the part-time employee is the average of his/her regular weekly salary of the twenty (20) weeks preceding his/her leave. If during this period, the employee has been absent on a leave provided in clause 30.06, on a vacation leave or on a leave without pay, the calculation is based on the salary he/she would have received had he/she not been absent.

d) If an increase of the salary scales occurs during the maternity, paternity or parental leave, the supplementary allowance is adjusted to take into account this increase.

SECTION VII: NOTICE AND MISCELLANEOUS PROVISONS

30.19 The employee who requests a maternity, paternity or parental leave notifies the University in writing at least two (2) weeks before departure. This notice shall specify the projected date of departure and return to work. For the maternity leave, this notice must be accompanied by a medical certificate confirming the pregnancy and specifying the expected date of delivery. The time limit regarding the presentation of this notice may be less if a medical certificate attests that the employee must stop working sooner than expected. However, the employee is exempted from the notice requirement if she submits a medical certificate to the University attesting that she had to stop working without delay. For the paternity or parental leave, this notice shall be accompanied by a supporting document confirming the birth or adoption, as the case may be.

30.20 At least four (4) weeks before the end of the maternity or parental leave, the University must send the employee a notice indicating the anticipated date of expiry of said leave.

The employee to whom the University has sent such a notice must report to work upon the termination of the leave. The employee who does not comply with the preceding paragraph is deemed on leave without pay for a maximum of four (4) weeks. At the end of this period, the employee who has not reported back to work is presumed to have resigned.

30.21 During maternity leaves, extensions mentioned in Section V and in clause 30.03, special leaves provided in section II and paternity and parental leaves, the employee is entitled to, provided that he/she is normally entitled to these and that he/she pays his/her share of premiums or dues, the following benefits:

  • Salary insurance;
  • Life insurance;
  • Supplementary life insurance;
  • Health plan;
  • Accumulation of vacation as provided in clause 30.23;
  • Pension plan;
  • Accumulation of seniority;
  • Accumulation of experience;
  • Eligibility to apply on a job posting and to obtain the position in accordance with the provisions of the Collective Agreement, as if he/she had remained at work.

30.22 The University pays its share of collective insurance premiums or its share of pension plan contributions for a maximum of seventy (70) weeks. Following this period, an employee who wishes to continue to participate to those benefit plans, insofar as the plans allow it, must pay the totality of the premiums or contributions.

30.23 The employee accumulates vacation credits during a maximum period of twenty (20) weeks: o During maternity leave and during the additional period of two (2) weeks of maternity leave; or o During the paternity leave and the parental leave; or o During parental leave, in the case of adoption.

30.24 Upon his/her return to work after a leave provided in this article, the employee reintegrates his/her position or the position obtained by applying to a posting during the leave. In the event that his/her position has been abolished, or if he/she has been displaced due to the application of Articles 14 or 15, as the case may be, the employee can avail himself/herself, upon return to work, of all the rights and privileges provided for in the Collective Agreement. As well, upon return to work after a leave provided in the present article, the employee who is not the incumbent of a position, resumes the assignment he/she held at the beginning of the leave if the projected duration of this assignment falls after the end of the leave. If the assignment has ended, the employee is entitled to any other assignment in accordance with the Collective Agreement.

30.25 If the employee had planned vacation that fall into his/her maternity, paternity or parental leave, the employee can defer a maximum of four (4) weeks of vacation. These must be taken in accordance with clause 29.09.

30.26 The employee can take the accumulated vacation and all accumulated leaves as provided for in Article 29 at the end of the maternity, paternity or parental leave, as long as he/she informs the University at least two (2) weeks in advance.

Article 30 : Congés parentaux

Préambule

Le présent article ne confère à la personne salariée aucun avantage, pécuniaire ou autre, dont elle n’aurait pas bénéficié si elle était restée au travail et n’a pas pour effet de prolonger la période d’emploi prévue d’une personne salariée temporaire ou d’accorder des prestations supplémentaires après cette période d’emploi.

SECTION I : CONGÉ DE MATERNITÉ

30.01 a) La salariée enceinte a droit à un congé de maternité d’une durée de dix-huit (18) semaines qui, sous réserve de la clause 30.04 doivent être consécutives.

La salariée enceinte qui a reçu des prestations du RQAP est également admissible à un congé de maternité supplémentaire de deux (2) semaines qui doit être pris à la fin de la période de prestations du RQAP.

b) Si l’interruption de grossesse survient à compter de la 20ième semaine de grossesse précédant la date prévue de l’accouchement, la personne salariée a également droit à ce congé de maternité.

c) La salariée qui devient enceinte pendant un congé autorisé ou pendant un congé autorisé à temps partiel prévus par le présent article a également droit au congé de maternité et aux indemnités prévues à la section VI du présent article selon ce qui lui est applicable.

d) La personne salariée, dont la conjointe décède, se voit accorder le reste du congé de maternité et du congé de maternité supplémentaire. Elle bénéficie alors de tous les droits et avantages rattachés à ces congés.

30.02 La répartition du congé de maternité, avant et après l’accouchement, est au choix de la salariée. Cependant, ce congé peut débuter au plus tôt au début de la seizième (16e) semaine précédant la date prévue de l’accouchement et se termine au plus tard dix-huit (18) semaines après la semaine de l’accouchement.

30.03 Si la naissance a lieu après la date prévue, la salariée a droit à une prolongation de son congé de maternité égale à la période de retard, sauf si elle dispose déjà d’au moins deux (2) semaines de congé de maternité après la naissance.

30.04 Un congé de maternité peut être fractionné, interrompu ou prolongé aux conditions prévues à la section V du présent article.

30.05 Le congé de maternité peut être d’une durée moindre que dix-huit (18) semaines. Si la salariée revient au travail dans les deux (2) semaines suivant la naissance, elle doit fournir, sur demande de l’Université, un certificat médical confirmant qu’elle est suffisamment rétablie pour reprendre le travail.

SECTION II : CONGÉS SPÉCIAUX

30.06 a) Retrait préventif

La salariée peut demander qu’on l’affecte provisoirement à un autre poste de la même classe ou à un poste d’une classe différente dans les cas suivants :

i. elle est enceinte et ses conditions de travail comportent des dangers pour elle ou son enfant à naître;

ii. ses conditions de travail comportent des risques pour l’enfant qu’elle allaite.

La salariée doit présenter un certificat médical à cet effet le plus tôt possible. La salariée ainsi affectée conserve les droits et privilèges rattachés au poste qu’elle occupait au moment où l’affectation provisoire a été demandée.

Si l’affectation n’est pas effectuée immédiatement, la salariée a droit à un retrait préventif qui débute immédiatement, à moins qu’une affectation provisoire ne survienne par la suite mettant ainsi fin au retrait préventif. Si la salariée est admissible aux prestations du RQAP, le retrait préventif se termine à compter de la quatrième (4e) semaine précédant celle de la date prévue de son accouchement, sinon il se termine à la date de son accouchement ou, pour la salariée qui allaite, il se termine à la fin de la période d’allaitement.

Durant le retrait préventif, la salariée est régie, quant à son indemnité, par les dispositions de la Loi sur la santé et la sécurité au travail concernant le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou de la travailleuse qui allaite.

Cependant, à la suite d’une demande écrite à cet effet, l’Université verse à la personne salariée une avance sur l’indemnité à recevoir sur la base des paiements prévisibles. Si la CNESST verse l’indemnité prévue, le remboursement de l’avance se fait à même celle-ci.

Toutefois, si la CNESST refuse la réclamation de la salariée incapable de travailler, celle-ci bénéficie du congé prévu à l’alinéa b) de la présente clause. L’Université verse alors à la salariée la différence entre l’avance versée et la compensation à laquelle elle a droit en vertu de l’article 36 de la convention collective.

Advenant que la salariée ne soit pas admissible aux prestations de congés de maladie et en appelle de la décision de la CNESST, le remboursement de l’avance n’est pas exigé avant que la décision de la Tribunal administratif du travail (TAT) ne soit rendue.

Si la salariée conteste la décision de la CNESST et que la TAT rend une décision favorable à la salariée, celle-ci doit rembourser les sommes qu’elle a reçues à titre de congés de maladie.

Aussitôt que l’Université reçoit une demande de retrait préventif, elle en avise immédiatement le Syndicat et lui indique le nom de la salariée et les raisons de la demande.

Si une personne salariée autre que celle qui demande à être réaffectée provisoirement y consent, son poste peut être échangé avec celui de la salariée enceinte ou qui allaite, pour la durée de l’affectation provisoire, sujet au consentement de l’Université. Cette disposition ne s’applique que si les deux personnes salariées impliquées répondent aux exigences normales des postes.

La salariée ainsi réaffectée à un autre poste et la personne salariée qui consent à occuper le poste de la salariée réaffectée conservent les droits et privilèges rattachés au poste qu’ils occupaient respectivement au moment de l’échange.

b) Autres congés spéciaux

La salariée a droit à un congé spécial dans les circonstances suivantes :

i. lorsqu’il y a danger d’interruption de grossesse ou un danger pour la santé de la mère ou de l’enfant à naître, occasionné par la grossesse et exigeant un arrêt de travail, la salariée a droit à un congé de maternité spécial de la durée indiquée au certificat médical qui atteste du danger existant et qui indique la date prévue de l’accouchement; ce congé est alors réputé être le congé de maternité prévu à la clause 30.01, à compter du début de la quatrième (4e) semaine précédant la date prévue de l’accouchement;

ii. sur présentation d’un certificat médical qui en prescrit la durée, lorsque survient une interruption de grossesse avant le début de la vingtième (20e) semaine précédant la date prévue d’accouchement;

iii. pour les visites reliées à la grossesse chez un professionnel de la santé ou à l’adoption d’un enfant, jusqu’à un maximum de quatre (4) jours ouvrables qui peuvent être pris par demi-journée, le tout sans perte de salaire.

Durant les congés spéciaux octroyés en vertu de la présente section, la salariée bénéficie des avantages prévus à la clause 30.21, en autant qu’elle y ait normalement droit, et à la clause 30.24. La salariée visée par l’alinéa 30.06 b), peut également se prévaloir du programme de congés de maladie ou du régime d’assurance en cas d’invalidité prolongée, selon le cas.

SECTION III : CONGÉS DE NAISSANCE, D’ADOPTION OU DE PATERNITÉ

30.07 a) La personne salariée dont la conjointe accouche a droit à un congé sans perte de salaire d’une durée maximale de cinq (5) jours ouvrables qui doit être pris entre le début du travail de l’accouchement et le quinzième (15e) jour qui suit l’arrivée de l’enfant ou de la mère à leur résidence.

La personne salariée qui adopte un enfant a droit à un congé sans perte de salaire d’une durée maximale de cinq (5) jours ouvrables qui doit être pris entre l’arrivée de l’enfant à la résidence de son père ou de sa mère et le quinzième (15e) jour qui suit. La personne salariée qui adopte l’enfant de son conjoint ou de sa conjointe a également droit à ce congé.

b) Un (1) des cinq (5) jours peut être reporté, après les délais prévus à l’alinéa a) précédente, à l’occasion de cérémonies religieuses reliées à la naissance ou à l’enregistrement civil de l’enfant.

c) Lorsque la conjointe d’une personne salariée subit une interruption de grossesse à compter de la vingtième (20e) semaine de grossesse, la personne salariée a également droit à un congé d’une durée maximale de cinq (5) jours ouvrables dont deux (2) sont sans perte de salaire. Ce congé doit être pris dans les quinze (15) jours suivant l’interruption de grossesse.

d) Les congés ci-dessus peuvent, à la demande de la personne salariée, être fractionnés en journées.

e) La personne salariée peut reporter une semaine de vacances si la naissance ou l’interruption de grossesse surviennent durant ses vacances annuelles. Elle doit en aviser l’Université par écrit.

30.08 La personne salariée qui voyage hors du Québec pour adopter un enfant a droit, sur demande écrite à l’Université, si possible deux (2) semaines à l’avance, à un congé avec solde pour le temps nécessaire au déplacement.

30.09 Congé de paternité

La personne salariée dont la conjointe accouche a droit à un congé de paternité d’une durée maximale de cinq (5) semaines continues à l’occasion de la naissance de son enfant. Le congé de paternité débute au plus tôt la semaine de la naissance de l’enfant et se termine au plus tard cinquante-deux (52) semaines après la semaine de la naissance.

SECTION IV : CONGÉ PARENTAL

30.10 a) La personne salariée, père ou mère d’un nouveau-né et la personne salariée qui adopte un enfant ont droit à un congé parental d’au plus cent quatre (104) semaines continues à temps complet ou temps partiel.

b) Un tel congé doit se terminer au plus tard cent quatre (104) semaines suivant la fin du congé de maternité ou paternité, ou cent quatre (104) semaines suivant le jour de l’arrivée de l’enfant à la résidence de la personne salariée dans le cadre d’une procédure d’adoption.

c) Une personne salariée dont la durée prévue du congé parental est inférieure à deux (2) ans peut, une seule fois, demander à l’Université une prolongation de son congé parental jusqu’au maximum prévu à l’alinéa a) en soumettant une demande écrite à cet effet au moins trente (30) jours avant la date prévue de son retour au travail.

d) Durant ce congé, la personne salariée peut, suite à une demande soumise à l’Université au moins trente (30) jours à l’avance, changer son congé parental à temps complet en congé parental à temps partiel ou vice versa selon le cas. La personne salariée ne peut se prévaloir de cette disposition qu’une seule fois.

e) Dans le cas d’un congé parental à temps partiel, la demande doit préciser l’horaire de travail souhaité par la personne salariée.

En cas de désaccord avec l’Université quant à l’horaire, la personne salariée a droit à un maximum de deux jours et demi (2 ½) par semaine ou l’équivalent. À défaut d’entente sur la répartition de ces jours, l’Université détermine l’horaire.

La personne salariée et l’Université peuvent s’entendre en tout temps pour réaménager le congé parental à temps partiel.

f) La personne salariée qui veut mettre fin à son congé parental avant la date prévue doit donner un préavis écrit de son intention au moins vingt-et-un (21) jours avant son retour au travail.

SECTION V: FRACTIONNEMENT, INTERRUPTION OU PROLONGEMENT DE CONGÉ DE MATERNITÉ, PATERNITÉ OU PARENTAL

30.11 Un congé de maternité, de paternité ou parental peut être fractionné en semaines, ou interrompu sur demande de la personne salariée, dans l’une ou plusieurs des circonstances suivantes :

a) Son enfant est hospitalisé, dans ce cas, la personne salariée peut, après entente avec l’Université, retourner au travail pour la durée de l’hospitalisation.

b) Lorsque la personne salariée est malade, ou incapable de travailler suite à un accident ou don d’organe ou de tissus à des fins de greffe pour une période maximale de vingt-six (26) semaines.

c) Lorsque la personne salariée doit être présente auprès de son enfant, de son conjoint, l’enfant de son conjoint, de son père, de sa mère, du conjoint de son père ou de sa mère, d’un frère, d’une sœur, ou de l’un de ses grands-parents en raison d’une grave maladie ou d’un grave accident.

d) La période prévue en c) ci-dessus peut être prolongée comme suit :

i. jusqu’à cent quatre (104) semaines lorsque la présence de la personne salariée est requise auprès de son enfant mineur qui souffre d’une maladie potentiellement mortelle;

ii. jusqu’à cent quatre (104) semaines lorsque la présence de la personne salariée est requise auprès de son enfant mineur qui a subi un préjudice corporel grave à l’occasion ou résultant directement d’un acte criminel le rendant incapable d’exercer ses activités régulières.

e) Pour une période maximale de cinquante-deux (52) semaines, si un enfant mineur de la personne salariée est disparu. Si l’enfant est retrouvé dans les douze (12) mois de sa disparition, cette période prend fin à compter du onzième (11e) jour qui suit.

f) Pour une période maximale de cinquante-deux (52) semaines, si le conjoint ou l’enfant de la personne salariée décède par suicide.

g) Pour une période maximale de cent quatre (104) semaines si le décès de son conjoint ou de son enfant se produit à l’occasion ou résulte directement d’un acte criminel.

La personne salariée reprend son congé de maternité, paternité ou parental, lorsque l’évènement qui a donné lieu au fractionnement ou à l’interruption est terminé. Lors de la reprise de tel congé, l’Université recommence le versement à la personne salariée de l’indemnité complémentaire à laquelle elle aurait eu droit si elle ne s’était pas prévalue d’un tel fractionnement ou d’une telle suspension.

30.12 Une personne salariée qui fait parvenir à l’Université, avant la fin de son congé de maternité, de paternité ou parental, un avis écrit accompagné d’un certificat médical attestant que l’état de santé de son enfant ou, dans le cas du congé de maternité, son propre état l’exige, a droit à une prolongation du congé de la durée indiquée au certificat médical.

30.13 Les dispositions de la présente section n’ont pas pour effet de prolonger la durée d’un congé parental au-delà de cent quatre (104) semaines.

SECTION VI : PRESTATIONS SUPPLÉMENTAIRES

30.14 Les prestations prévues à la présente section sont uniquement versées à titre de supplément aux prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) ou de l’Assurance-emploi, selon le cas, ou à titre de paiement durant le congé de maternité supplémentaire prévu à l’alinéa 30.01 a) ou dans le cas prévu à la clause 30.17.

30.15 Personne salariée admissible aux prestations du RQAP

a) La personne salariée qui, suite à une demande de prestations du RQAP bénéficie de telles prestations, reçoit :

i. Durant son congé de maternité:

Une prestation supplémentaire égale à la différence entre quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier et la prestation reçue, et ce, pour une durée maximale de dix-huit (18) semaines;

La salariée admissible aux prestations de maternité du RQAP est également admissible à une période additionnelle de deux (2) semaines de congé de maternité lesquelles seront prises à la fin de la période de prestations du RQAP. Durant cette période de deux (2) semaines, la personne salariée recevra des prestations équivalentes à quatre-ving-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier. Les salariées bénéficiant de ce congé de maternité additionnel seront admissibles à ces deux (2) semaines de congé en sus du congé prévu à la section IV. Ces deux (2) semaines ne seront pas prises en compte aux fins du calcul du congé parental lequel est d’une durée maximale de deux (2) ans;

ii. Durant son congé de paternité:

Une prestation supplémentaire égale à la différence entre quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier et la prestation reçue, et ce, pour une durée maximale de cinq (5) semaines;

iii. Durant son congé parental:

Une prestation supplémentaire égale à la différence entre quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier et la prestation reçue, et ce, pour une durée maximale de trente-deux (32) semaines ou dans le cas d’une adoption, pour une durée maximale de trente-sept (37) semaines;

b) Le total des montants reçus par la personne salariée durant son congé de maternité, de paternité ou parental en prestations du RQAP et en salaire ne peut excéder quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier versé par l’Université.

Lorsqu’une personne salariée souhaite que le calcul de la prestation supplémentaire ne tienne compte que des prestations du RQAP découlant des revenus tirés de son emploi à l’Université, elle doit demander au Ministère du travail, emploi et solidarité sociale du Québec de lui fournir un document faisant état des prestations versées, ventilées par emploi, et soumettre ce document à l’Université en même temps qu’elle soumet sa demande de prestations supplémentaires.

c) Lorsque les prestations du RQAP sont interrompues pour toute raison prévue à la section V, le versement des prestations supplémentaires cesse pour reprendre lorsque les prestations du RQAP sont versées à nouveau.

30.16 Personne salariée inadmissible aux prestations du RQAP, mais admissible à l’assurance-emploi

La personne salariée qui, en raison du fait qu’elle réside hors du Québec, est inadmissible aux prestations du RQAP mais reçoit des prestations de congé de maternité ou de congé parental de l’assurance-emploi, reçoit une prestation supplémentaire comme suit :

i. Lors d’un congé de maternité:

Pour chacune des semaines du délai de carence : une prestation égale à quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier.

Pour les quinze (15) semaines subséquentes: une prestation équivalente à la différence entre quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier et la prestation reçue.

ii. Lors d’un congé parental ou d’adoption:

Une prestation équivalente à la différence entre quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier et la prestation reçue pour un maximum de trente-cinq (35) semaines.

L’Université ne rembourse pas à la personne salariée toute réduction de prestation d’assurance emploi ou tout remboursement de telles prestations qu’elle doit effectuer.

30.17 Congé de maternité ou parental – Personne salariée inadmissible aux prestations du RQAP ou de l’assurance-emploi

La personne salariée inadmissible aux prestations du RQAP ou de l’assurance-emploi qui a accumulé vingt (20) semaines de service a droit, pour dix (10) semaines, à une indemnité égale à quatre-vingt-treize pourcent (93%) de son salaire hebdomadaire régulier.

30.18 Divers

a) Aucune prestation ne peut être versée durant la période de vacances au cours de laquelle la personne salariée est rémunérée.

b) Le premier versement de prestations est effectué, dans la mesure du possible, à la première période de paie suivant réception par l’Université de l’avis de décision et l’état de calcul émis par le Ministère du travail, emploi et solidarité sociale Québec ou par Emploi et Développement social Canada, selon le cas. Les versements subséquents sont effectués à chaque période de paie.

c) Le salaire hebdomadaire régulier de la personne salariée à temps partiel est la moyenne de son salaire hebdomadaire régulier des vingt (20) dernières semaines précédant son congé.

Si pendant cette période, la personne salariée a été absente en raison d’un congé prévu à la clause 30.06, de vacances ou d’un congé sans solde, le calcul s’effectue selon le salaire qu’elle aurait reçu, n’eût été de son absence.

d) Si une majoration des échelles de salaire survient pendant le congé de maternité, paternité ou parental, la prestation supplémentaire est ajustée pour tenir compte de cette majoration.

SECTION VII : PRÉAVIS ET DISPOSITIONS DIVERSES

30.19 La personne salariée qui demande un congé de maternité, de paternité ou parental donne un préavis écrit à l’Université au moins deux (2) semaines avant la date du départ. Ce préavis doit indiquer les dates prévues de départ et de retour au travail.

Pour le congé de maternité, ce préavis doit être accompagné d’un certificat médical confirmant la grossesse et indiquant la date prévue pour l’accouchement.

Le délai de présentation du préavis peut être moindre si un certificat médical atteste que la personne salariée doit quitter le travail plus tôt que prévu.

Toutefois, la personne salariée est exemptée de la formalité du préavis si elle fournit à l’Université un certificat médical attestant qu’elle devait quitter le travail sans délai.

Pour le congé de paternité ou parental, le préavis doit être accompagné d’une pièce justificative attestant de la naissance ou de l’adoption, selon le cas.

30.20 Au moins quatre (4) semaines précédant l’expiration du congé de maternité ou parental, l’Université doit faire parvenir un avis à la personne salariée indiquant la date prévue de l’expiration du congé.

La personne salariée à qui l’Université a fait parvenir un tel avis doit se présenter au travail à l’expiration du congé, à défaut de quoi, elle est réputée être en congé sans solde pour un maximum de quatre (4) semaines. Au terme de cette période, la personne salariée qui n’est pas retournée au travail est présumée avoir démissionné.

30.21 Durant les congés de maternité, les prolongations mentionnées à la Section V et à la clause 30.03, les congés spéciaux prévus à la section II et les congés de paternité et parental, la personne salariée bénéficie des avantages suivants, dans la mesure où elle y aurait droit si elle était au travail et en autant qu’elle en défraie sa part des primes ou cotisations :

  • Assurance-salaire
  • Assurance-vie
  • Assurance-vie supplémentaire
  • Assurance-maladie
  • Accumulation de vacances tel que décrit à la clause 30.23
  • Régime de retraite
  • Accumulation de l’ancienneté
  • Accumulation de l’expérience
  • Le droit de postuler sur un poste affiché et de l’obtenir conformément aux dispositions de la convention collective comme si elle était au travail.

30.22 L’Université verse sa part des primes au régime d’assurance collective ou sa part des cotisations au régime de retraite pour un maximum de soixante-dix (70) semaines. Par la suite, la personne salariée qui désire continuer à bénéficier de ces avantages, dans la mesure où les régimes le permettent, doit en défrayer la totalité des primes ou cotisations.

30.23 La personne salariée accumule des crédits de vacances pendant une période allant jusqu’à un maximum de vingt (20) semaines:

  • durant le congé de maternité et la période additionnelle de deux (2) semaines de congé de maternité; ou
  • durant le congé de paternité et le congé parental; ou
  • durant le congé parental dans le cas d’une adoption.

30.24 Au retour de l’un ou l’autre des congés prévus au présent article, la personne salariée reprend son poste ou un poste qu’elle aurait obtenu par affichage pendant son congé. Dans l’éventualité où son poste aurait été aboli, ou si elle a été déplacée suite à l’application de l’article 14 ou 15 selon le cas, la personne salariée peut se prévaloir, à son retour au travail, de tous les droits et avantages prévus à la convention collective.

De même, au retour de l’un ou l’autre des congés prévus au présent article, la personne salariée ne détenant pas de poste, reprend l’affectation qu’elle détenait au moment de son départ si la durée prévue de cette affectation se poursuit après la fin de ce congé. Si l’affectation est terminée, la personne salariée a droit à toute autre affectation selon les dispositions de la convention collective.

30.25 Advenant que la personne salariée ait planifié des vacances qui coïncideraient avec son congé de maternité, de paternité ou parental; elle peut reporter un maximum de quatre (4) semaines de vacances. Celles-ci doivent alors être prises selon les dispositions de la clause 29.09.

30.26 La personne salariée peut prendre les vacances accumulées ainsi que les congés accumulés conformément à l’article 29 à la fin de son congé de maternité, paternité ou parental en autant qu’elle en informe l’Université au moins deux (2) semaines à l’avance.

Back to the Collective Agreement table of contents