Article 14: Employment Security

FR

14.00 Position Abolition

a) A position is considered abolished when a substantial part of the duties done and responsibilities assumed by an employee have either disappeared or have been significantly altered as part of an administrative reorganization.

b) An administrative reorganization may occur for a variety of reasons, notably financial constraints, the restructuring of operations within a department, service, or unit; a change in the mission or mandate of a department, service, or unit; or the relevance of position.

c) A position may only be abolished in the context of an administrative reorganization. A position is not considered abolished as a result of a revision of its job profile or its classification.

d) The University may not abolish a position as a means of resolving a disciplinary situation.

14.01 Employment Security
a) The University ensures employment security for the duration of the present agreement to all permanent employees who have twenty-four (24) months or more of seniority.

When an employee obtains a permanent position and successfully completes the probation period, his/her prior continuous service in another permanent or temporary position or as an employee in another bargaining unit is credited towards obtaining employment security.

Leaves without pay taken in conformity with Article 31 are excluded from the calculation of the twenty-four (24) months of seniority for the purpose of the present article.

It is agreed that being on the recall list does not constitute an interruption in service. However, the time not worked while on the recall list is excluded from the calculation of the twenty-four (24) months of seniority for the purpose of the present article.

b) Notwithstanding any other provisions of the Collective Agreement, employees benefiting from employment security may not be laid off or dismissed without just cause, remain in the employ of the University, and continue to benefit from all the provisions of the present Collective Agreement.

c) An employee hired at the University before June 1, 2006, whose position is abolished after he/she has acquired employment security, benefits from the provisions of clause 14.01 until the end of the month in which he/she reaches the age of sixty-one (61). Such an employee is then laid off and receives the benefits provided in subsection 14.03 a), less the salary already received while on employment security. If the employee has reached the age of sixty-one (61) when his/her position is abolished, he/she receives the severance indemnity provided in clause 14.03.

An employee hired on or after June 1, 2006, whose permanent position is abolished after he/she has acquired employment security, benefits from these provisions for a period of:

i) twenty-four (24) months following the said position abolishment if he/she has less than fifteen (15) years of seniority at the time of abolishment. At the end of this period, the employee either bumps in accordance with subsection14.05 h) or ceases to be paid and is placed on the recall list for a period of twelve (12) months.

ii) thirty-six (36) months following the said position abolishment if he/she has fifteen (15) or more years of seniority at the time of abolishment.

14.02 Notice of position abolishment
In the case of a position abolishment, an employee must receive a written notice at least three (3) months in advance, with a copy to the Union.

14.03 Severance indemnity

Employees who have employment security
a) Any employee benefiting from employment security who is affected by clause 14.02, may choose to not exercise his/her right and to resign. In this case the employee will receive a severance indemnity equivalent to a lump sum of eight (8) months of salary plus one and a half (1.5) months of salary for each partial or complete year of service, to a maximum of thirty-five (35) months.

b) The employee who confirms in writing his/her resignation within twenty (20) working days following receipt of the notice described in clause 14.02 receives three (3) months salary. The employee who confirms in writing his/her resignation after twenty (20) working days but before the end of the three (3) month notice period described in clause 14.02 receives
the balance of the notice period as salary.

c) The affected employee may claim, at any time during the period of paid employment security and subject to a twenty (20) working day notice, the severance indemnity, the value of which will be equal to the amount of severance indemnity he/she had a right to receive when his/her position was abolished minus the salary received since the abolition of the position.

Tuition Waivers
d) An employee hired before June 1, 2006 who has acquired employment security and who has chosen to accept the severance indemnity is eligible for the following tuition waivers:

i. a tuition waiver for up to ninety (90) credits leading towards an undergraduate or graduate degree program or a diploma or a certificate program at Concordia University;

ii. a maximum of two (2) computer or language courses offered by Concordia’s Centre for Continuing Education;

iii. for dependents who are, at the time of the abolition, enrolled at the University, the number of credits necessary to complete the program of studies already underway, to a maximum of ninety (90) credits;

e) An employee hired on or after June 1, 2006 who has acquired employment security and who has chosen to accept the severance indemnity is eligible for the following tuition waivers:

i. a tuition waiver for up to one (1) year of study leading towards an undergraduate or graduate degree program or a diploma or a certificate program at Concordia University for employees who, at the time of the abolition, had less than five (5) years of service with the University;

ii. a tuition waiver for up to ninety (90) credits leading towards an undergraduate or graduate degree program or a diploma or a certificate program at Concordia University for employees who, at the time of the abolition, had five (5) years of service or more with the University;

iii. a maximum of two (2) computer or language courses offered by Concordia’s Centre for Continuing Education;

iv. for dependents who are, at the time of the abolition, enrolled at the University, the number of credits necessary to complete the program of studies already underway, to a maximum of ninety (90) credits, if the employee has seven (7) or more years of service with the University.
Employees who do not have employment security

f) Any employee who has completed his/her probation, who does not benefit from employment security and who is affected by clause 14.02 may decide to not exercise their rights and resign. In that case, he/she receives a severance indemnity of three (3) months of salary for less than one year of service at the university, or six (6) months of salary for service of one year but less than two years at the university.

g) His/her name will be placed on the recall list according to clause 15.04. Should this employee be recalled within the period for which he/she has received an indemnity, he/she reimburses the part of the indemnity that corresponds to the period worked. The University deducts the said amount from the employee’s pay at the rate of twenty-five percent (25%) of the employee’s gross salary per pay period.

h) Such an employee also has the right to the same tuition waivers offered a person hired on or after June 1, 2006 and having less than five (5) years of service at the university.

14.04 Career Guidance
Once an employee chooses employment security, the University’s Employment and Organizational Effectiveness Unit will meet with him/her to provide strategic career guidance and develop a plan that will include, if necessary, reassignment, training, placement, and the development of independent proposals.


14.05 Displacement Procedure
a) In the case of abolishment of permanent positions, the University must place any employee benefiting from employment security in a newly created or a vacant position within the bargaining unit providing he/she can satisfy the normal requirements of that position.

b) Beginning at the time of receipt of the notice of abolition, any employee benefiting from employment security and whose position is abolished will be given priority to fill any vacant permanent position, or failing that, to fill any vacant temporary position. However, the University’s obligation to find a permanent position for this employee under the employment security provisions does not cease if the employee accepts a temporary position.

c) The employee with employment security and whose position has been abolished is deemed to hold the required qualifications of the abolished position, including educational level.Furthermore, he/she shall not be refused a permanent position if he/she only lacks competencies or skills that can reasonably be acquired within eight (8) months of full-time training or twenty-four (24) months of part-time training, as determined by the University.

d) Any employee benefiting from employment security whose position is abolished and who is placed in a position of a lower grade, maintains the salary of the abolished position.

e) Any employee benefiting from employment security who refuses an assignment to a vacant position will be considered as having voluntarily resigned.

f) An employee affected by the abolition of a position who cannot be assigned to a vacant position according to subsection 14.05 a) and who chooses to not resign and to receive the indemnity indicated in subsection l4.03 a) must accept:

i. to fill a temporarily vacated position, as long as he/she satisfies the normal requirements of the position;

ii. to fill a work surplus or be assigned to a special project.

In such cases, the University may assign the employee for a period of less than six (6) months to any position that is classified as grade nine (9) or higher. This may happen only once. For assignments of six (6) months or more, the University may assign the employee to a position that is no more than two (2) grades lower than his/her abolished position.

g) At the end of the paid period of employment security, the employee has the right to bump a temporary employee with less seniority who is the incumbent of a position that was not posted, as long as he or she meets the normal requirements of the position in accordance with the provisions of subsection 14.05 c). In such a case, the employee’s status will be that
of a temporary employee.

The employee who bumps is subject to the trial period provided in subsection 13.02 b).

h) An employee whose position has been abolished and who has been placed in another position in the bargaining unit is subject to a trial period of ninety (90) days worked. Upon agreement between the parties, the trial period can be extended up to one hundred twenty (120) days. During the trial period the employee will continue to benefit from all the rights and privileges of the Collective Agreement.

The parties agree that during the trial period the employee is entitled to the appropriate training and assistance in order to facilitate integration into the new position. Mid-way through the trial period, the immediate supervisor will prepare a written progress report and will hold a formal meeting with the employee to discuss the report.

If during the trial period the University determines that the employee is unable to meet the normal requirement of the position, subsections 14.05 a) and f) apply.

14.06 Other Benefits
An employee who has acquired employment security and who has chosen to accept the severance indemnity is also eligible for the following benefits:

a) Reimbursement of the cost of counseling from a professional chosen by the employee to obtain financial and taxation advice related to the severance indemnity;

b) Placement services and job search advice from an external provider for a maximum period of six (6) months. The employer refers the employee to the chosen resource. The employee must take advantage of these services within the twelve (12) months following his/her resignation.

c) An employee may choose to not take advantage of the services described in b) above and to choose instead additional professional financial and taxation counseling up to the value of the corresponding placement and job search counseling services. The employee must take advantage of these services within the twelve (12) months following his/her resignation.

d) Access to the University’s health services and athletic facilities for a period equal to the notice and indemnity set out in subsection 14.03 a).

e) The employee may choose to receive the amounts owed in virtue of the present article in the form of a single lump sum payment, two separate payments, or a paid leave of absence corresponding to the duration of the notice and severance indemnity as set out in subsection 14.03 a). In the case of a leave of absence, both the employee and the University continue their respective contributions to the pension and group insurance plans.

f) Bridging
An employee whose position has been abolished and has at least ten (10) years of service, may choose to apply for a leave without pay, until the month in which he/she reaches age fifty-five (55) and then retire effective the last day of that month. The maximum duration of such leave without pay, will be equal to twenty percent (20%) of his/her years of service, up to a maximum of five years minus all periods of unpaid leave taken while employed.

The employee may choose to receive the amount owed in virtue to the present article in the form of a single lump sum payment, two separate payments, or in the form of bi-weekly payments over the period of the unpaid leave.

During this period, the employee retains his/her status as an active member of the university pension plan and maintains his/her participation in the group insurance plan with the exception of sick leaves and long term disability. The employee and the University continue their respective contributions to the pension and group insurance plans unless the employee chooses to become a non-contributing member of the pension plan in which case the employee’s contribution shall cease. The contributions are calculated based on the annual salary at the time of the abolishment of his/her position.

An employee taking advantage of the bridging option is entitled to the tuition waivers set out in clause 14.03, as are his/her any dependents who register before or during the unpaid leave.

An employee who chooses a bridging option is not eligible for early retirement lump-sum benefits set out in clause 38.03.

Article 14 : Securité d’emploi

14.00 Abolition de poste

a) Un poste est considéré aboli lorsqu’une partie substantielle des tâches effectuées et des responsabilités assumées par une personne salariée a disparu ou a été modifiée de façon significative en raison d’une restructuration administrative.

b) Une restructuration administrative peut se produire pour diverses raisons, notamment des contraintes budgétaires, la restructuration des opérations d’un département, service ou unité, le changement de mission ou de mandat d’un département, service ou unité ou la pertinence d’un poste.

c) L’abolition d’un poste ne peut se produire que dans le contexte d’une restructuration administrative. Un poste n’est pas considéré aboli lors de la révision de sa classification.

d) L’Université ne peut abolir un poste dans le but de résoudre un cas disciplinaire.

14.01 Sécurité d’emploi

a) L’Université assure la sécurité d’emploi pour la durée de la présente convention à toute personne salariée permanente qui compte vingt-quatre (24) mois et plus d’ancienneté.

Lorsqu’une personne salariée obtient un poste permanent et termine avec succès la période de probation, son service antérieur sans interruption dans un autre poste permanent ou temporaire ou comme personne salariée dans une autre unité de négociation lui est crédité aux fins de l’acquisition de la sécurité d’emploi. Les congés sans solde pris en conformité avec l’article 31 ne sont pas pris en compte dans le calcul des vingt-quatre (24) mois d’ancienneté aux fins du présent article.

Il est entendu que le fait d’être sur la liste de rappel ne constitue pas une interruption de service. Cependant, le temps non travaillé sur la liste de rappel n’est pas pris en compte dans le calcul des vingt-quatre (24) mois d’ancienneté aux fins du présent article.

b) Nonobstant toute autre disposition de la convention collective, la personne salariée qui bénéficie de la sécurité d’emploi ne peut être mise à pied ou congédiée sans juste cause, demeure au service de l’Université et continue de bénéficier de toutes les dispositions de la présente convention collective.

c) La personne salariée embauchée par l’Université avant le 1er juin 2006 dont le poste est aboli après l’obtention de la sécurité d’emploi bénéficie des dispositions de la clause 14.01 jusqu’à la fin du mois au cours duquel elle atteint l’âge de soixante et un (61) ans. Le lien d’emploi est alors rompu et elle reçoit les indemnités prévues à l’alinéa 14.03 a), moins le salaire reçu durant la période de sécurité d’emploi.

Si elle a atteint l’âge de soixante et un (61) ans au moment où son poste est aboli, elle reçoit les indemnités de séparation prévues à la clause 14.03. La personne salariée embauchée par l’Université le 1er juin 2006 ou ultérieurement et dont le poste est aboli après l’obtention de la sécurité d’emploi bénéficie de ces dispositions pendant :

i. vingt-quatre (24) mois après ladite abolition du poste si elle compte moins de quinze (15) années d’ancienneté au moment de l’abolition. À la fin de cette période, soit elle supplante conformément à l’alinéa 14.05 h), soit elle cesse d’être rémunérée et son nom est inscrit sur la liste de rappel pendant douze (12) mois.

ii. trente-six (36) mois après ladite abolition du poste si elle compte quinze (15) années ou plus d’ancienneté au moment de l’abolition.

14.02 Préavis de l’abolition de poste
Dans le cas d’une abolition de poste, toute personne salariée doit recevoir un préavis écrit d’au moins trois (3) mois, avec une copie au Syndicat.

14.03 Indemnité de départ

Personne salariée ayant la sécurité d’emploi
a) La personne salariée qui a la sécurité d’emploi et qui est visée par la clause 14.02 peut choisir de ne pas exercer ses droits et de démissionner. Dans ce cas, elle bénéficie d’une indemnité de départ équivalant à huit (8) mois de salaire plus un mois et demi (1,5) de salaire par année de service, partielle ou complète, jusqu’à concurrence de trente-cinq (35) mois.

b) La personne salariée qui confirme sa démission par écrit dans les vingt (20) jours ouvrables du préavis émis en vertu de la clause 14.02 reçoit trois (3) mois de salaire. Une personne salariée qui confirme sa démission par écrit plus de vingt (20) jours ouvrables après l’émission du préavis prévu à la clause 14.02, mais avant l’expiration du délai de trois (3) mois, reçoit le solde du préavis en salaire.

c) La personne salariée affectée peut, à tout moment pendant la période rémunérée de sécurité d’emploi, sous réserve d’un préavis de vingt (20) jours ouvrables, se prévaloir de l’indemnité de départ dont le montant sera égal au montant de l’indemnité de départ à laquelle elle avait droit lors de l’abolition du poste, moins le salaire reçu depuis l’abolition du poste.

Exemption des frais de scolarité
d) La personne salariée embauchée avant le 1er juin 2006, qui a la sécurité d’emploi, et qui accepte l’indemnité de départ est admissible à des exemptions de frais de scolarité comme suit :

i. pour un programme de formation à l’Université Concordia menant à l’obtention d’un diplôme, d’un certificat ou d’un diplôme de premier, deuxième ou troisième cycle jusqu’à concurrence de quatre-vingt-dix (90) crédits.

ii. pour un maximum de deux (2) cours d’informatique ou de langues au Centre de l’éducation permanente de l’Université.

iii. pour ses personnes à charge déjà inscrites à l’Université au moment de l’abolition, jusqu’à ce que celles-ci aient complété le programme d’études entrepris, pour un maximum de quatre-vingt dix (90) crédits.

e) La personne salariée embauchée le 1er juin 2006 ou ultérieurement, qui a la sécurité d’emploi et qui accepte l’indemnité de départ est admissible à des exemptions de frais de scolarité comme suit :

i. jusqu’à concurrence d’un (1) an pour suivre un programme de formation à l’Université Concordia menant à l’obtention d’un diplôme, d’un certificat ou d’un diplôme de premier, deuxième ou troisième cycle si elle compte moins de cinq (5) ans de service à l’Université;

ii. jusqu’à concurrence de quatre-vingt dix (90) crédits pour suivre un programme de formation à l’Université Concordia menant à l’obtention d’un diplôme, d’un certificat ou d’un diplôme de premier, deuxième ou troisième cycle si elle compte cinq (5) ans de service ou plus à l’Université;

iii. dans tous les cas, à un maximum de deux (2) cours d’informatique ou de langues au Centre de l’éducation permanente de l’Université;

iv. pour ses personnes à charge déjà inscrites à l’Université au moment de l’abolition, jusqu’à ce qu’elles aient complété le programme d’études entrepris, pour un maximum de quatre-vingt dix (90) crédits, si la personne salariée compte sept (7) ans ou plus de service à l’Université.

Personne salariée n’ayant pas la sécurité d’emploi
f) La personne salariée ayant complété sa période de probation, qui ne détient pas la sécurité d’emploi et qui est touchée par la clause 14.02 peut choisir de ne pas exercer ses droits et de démissionner. Elle bénéficie alors d’une indemnité de départ équivalente à trois (3) mois de salaire si elle justifie de moins d’un (1) an de service à l’Université ou de six (6) mois de salaire si elle justifie d’un (1) an de mais moins de deux (2) ans de service à l’Université.

g) Son nom est inscrit sur la liste de rappel, conformément à la clause 15.04. Si elle est rappelée au travail au cours de la période pour laquelle elle a reçu une indemnité, elle rembourse la portion de l’indemnité correspondant à la période travaillée par déduction à la source, à raison de vingt-cinq pourcent (25%) de son salaire brut par période de paie.

h) Cette personne salariée a également droit aux mêmes exemptions de frais de scolarité que la personne salariée embauchée le 1er juin 2006 ou ultérieurement et comptant moins de cinq (5) ans de service à l’Université.

14.04 Orientation professionnelle

Lorsqu’une personne salariée choisit la sécurité d’emploi, le Service de l’emploi et de l’efficacité organisationnelle de l’Université la rencontre en vue de lui fournir des conseils d’orientation professionnelle stratégique et de mettre au point un plan qui comprendra, si nécessaire, la réaffectation, la formation, le placement et l’élaboration de propositions distinctes.

14.05 Procédure de déplacement
a)
En cas d’abolition d’un poste permanent, l’Université doit muter toute personne salariée ayant la sécurité d’emploi à un poste nouvellement créé ou vacant au sein de l’unité de négociation, en autant qu’elle puisse satisfaire aux exigences normales du poste.

b) Dès réception du préavis d’abolition de poste, la personne salariée qui a la sécurité d’emploi et dont le poste est aboli a priorité pour combler tout poste permanent vacant ou, à défaut, tout poste temporaire vacant. Si cette personne salariée comble un poste temporaire, l’Université n’est pas dégagée de l’obligation de lui trouver un poste permanent en vertu des dispositions relatives à la sécurité d’emploi.

c) La personne salariée qui a la sécurité d’emploi et dont le poste a été aboli est réputée détenir les qualifications requises, incluant le niveau de scolarité, inhérentes au poste aboli. En outre, sa candidature à un poste permanent ne sera pas rejetée s’il ne lui manque que des aptitudes et compétences qu’elle peut raisonnablement acquérir en huit (8) mois de
formation à temps complet ou en vingt-quatre (24) mois de formation à temps partiel, tel que déterminé par l’Université.

d) Toute personne salariée ayant la sécurité d’emploi, dont le poste est aboli et qui obtient un poste d’une classe d’emploi inférieure, conserve le salaire du poste aboli.

e) Toute personne salariée ayant la sécurité d’emploi qui refuse une mutation à un poste vacant sera considérée comme ayant volontairement démissionné.

f) Une personne salariée touchée par l’abolition d’un poste qui ne peut être mutée à un poste vacant selon les dispositions de l’alinéa 14.05 a) et qui choisit de ne pas démissionner et de recevoir l’indemnité prévue à l’alinéa 14.03 a) doit accepter :

i. de combler un poste temporairement dépourvu de son titulaire, si elle peut satisfaire aux exigences normales du poste.

ii. de pallier un surcroît de travail ou d’entreprendre un projet précis.

En pareil cas, l’Université peut affecter la personne salariée, pendant moins de six (6) mois, à n’importe quel poste de classe 9 ou d’une classe supérieure. Cette mutation ne peut avoir lieu qu’une seule fois. Pour les affectations de six (6) mois ou plus, l’Université peut muter la personne salariée à un poste classé jusqu’à deux classes d’emploi de moins que le poste aboli.

g) À la fin de la période rémunérée de sécurité d’emploi, toute personne salariée a le droit de supplanter une personne salariée temporaire ayant moins d’ancienneté qui comble un poste n’ayant pas été affiché, à condition de satisfaire aux exigences normales du poste, conformément aux dispositions de l’alinéa 14.05 c). Dans ce cas, le statut de la personne
salariée sera celui d’une personne salariée temporaire.

La personne salariée qui supplante une autre est assujettie à la période d’essai prévue à la clause 13.02 b).

h) Une personne salariée dont le poste est aboli qui est mutée à un autre poste dans l’unité d’accréditation a droit à une période d’essai de quatre-vingt-dix (90) jours travaillés. Après entente entre les parties, la période d’essai peut être prolongée jusqu’à cent vingt (120) jours.

Pendant la période d’essai, la personne salariée continue de bénéficier de tous les droits et privilèges de la convention collective.

Les parties conviennent que pendant cette période d’essai, la personne salariée a droit à l’aide et à la formation appropriées pour faciliter l’adaptation à son nouveau poste.

Au milieu de la période d’essai, la supérieure immédiate ou le supérieur immédiat prépare un compte-rendu écrit des progrès et aura une rencontre formelle avec la personne salariée pour en discuter.

Durant la période d’essai, si l’Université considère que la personne salariée est incapable de satisfaire aux exigences normales du poste, les alinéas 14.05 a) et f) s’appliquent.

14.06 Autres avantages
La personne salariée qui a la sécurité d’emploi et qui choisit l’indemnité de départ a également droit aux avantages suivants :

a) Le remboursement des frais encourus pour les services d’un conseiller choisi par la personne salariée afin d’obtenir des conseils financiers et fiscaux relativement à l’indemnité de fin d’emploi.

b) Des services de réaffectation et de conseils en recherche d’emploi d’un fournisseur externe pour une période maximale de six (6) mois. L’employeur dirige la personne salariée vers la ressource choisie. La personne salariée doit se prévaloir de ces services dans les douze (12) mois suivant sa démission.

c) La personne salariée peut choisir de ne pas se prévaloir des services prévus en b) ci-haut et recevoir plutôt des conseils financiers et fiscaux supplémentaires jusqu’à concurrence du coût des services de réaffectation et conseils en recherche d’emploi. La personne salariée doit se prévaloir de ces services dans les douze (12) mois suivant sa démission.

d) L’accès au Service de santé et aux installations sportives de l’Université pour une période équivalente à la durée totale du préavis et de l’indemnité prévus à l’alinéa 14.03 a).

e) La personne salariée peut choisir de recevoir les montants dus en vertu du présent article soit sous forme de montant forfaitaire, soit en deux versements, soit en se prévalant d’un congé avec solde pour une période équivalente à la durée totale du préavis et de l’indemnité
prévus à 14.03 a). Lors d’un tel congé, l’Université et la personne salariée maintiennent leurs cotisations respectives au régime de retraite et au régime d’assurance collective.

f) Option de raccordement

La personne salariée dont le poste a été aboli et qui compte au moins dix (10) années de service peut demander un congé sans solde jusqu’au mois au cours duquel elle atteindra l’âge de cinquante-cinq (55) ans et prendre sa retraite le dernier jour de ce mois en question. Un tel congé sans solde durera au maximum l’équivalent de vingt pourcent (20%) de ses années de service, jusqu’à concurrence de cinq (5) ans, moins toute période de congé sans solde prise en cours d’emploi.

La personne salariée peut choisir de recevoir les montants dus en vertu du présent article soit sous forme de montant forfaitaire, soit en deux (2) versements, soit en paiements bihebdomadaires répartis sur la durée du congé sans solde.

Pendant cette période, la personne salariée conserve son statut de membre actif du régime de retraite et maintient sa participation au régime d’assurance collective, à l’exception des congés de maladie et de l’assurance en cas d’invalidité prolongée. L’Université et la personne salariée maintiennent leurs cotisations respectives au régime d’assurance collective et au régime de retraite, à moins que la personne salariée choisisse de devenir un membre non-contributif du régime de retraite, auquel cas ses cotisations à ce dernier cessent. Les cotisations sont calculées sur la base du salaire annuel au moment de l’abolition de son poste.

La personne salariée qui se prévaut de l’option de raccordement est admissible aux exemptions de frais de scolarité prévues à la clause 14.03, et ses personnes à charge le sont également dans la mesure où elles s’inscrivent avant ou pendant ce congé sans solde.

La personne salariée qui se prévaut de l’option de raccordement n’est pas admissible à la somme forfaitaire de retraite anticipée prévue à la clause 38.03.

Back to the Collective Agreement table of contents